Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 MERLIMONT, MEMOIRE & PATRIMOINE

Histoire de poilus: Léopold COULOMBEZ (1894 - 1917)

 

Léopold, Pierre, Adolphe COULOMBEZ voit le jour le dimanche 11 février 1894 à 14h à Ghyvelde (Nord)  rue Caumartin (Caserne des Douanes).

Il est le fils légitime de Pierre, Denis COULOMBEZ, préposé des douanes, âgé de 25 ans et de Angéla, Marie-Joséphine CHARLET, âgée de 29 ans.

Sont présents lors de la déclaration de naissance:

Louis DESWARTE (Officier d'état civil)

Pierre, Denis COULOMBEZ (Déclarant)

François DEBEY (Présent), 45 ans, préposé des douanes

Prosper THEBAUT (Présent), 30 ans, préposé des douanes

 

Léopold sera douanier.

Parcours militaire:

Classe de mobilisation: 1914

Matricule de recrutement: 2712

Incorporé au 8ème régiment d'infanterie sous le matricule 6398.

Arrivé au corps le 2 septembre 1914 et soldat de 2ème classe.

Passé au 140ème régiment d'infanterie le 21 juin 1915 sous le matricule 11286.

Passé au 118ème régiment d'infanterie le 3 mai 1916 sous le matricule 10301.

Nommé caporal le 22 juin 1916.

 

Blessé le 21 mars 1916 à Verdun "entorse tibio-tarsienne gauche en courant".

 

Disparu le 8 mai 1917 à Bouconville-Vauclair, ferme d’Hurtebise (Avis ministériel 4378 du 27 juillet 1917. Décès fixé au 8 mai 1917 par jugement du tribunal de Boulogne sur mer rendu le 16 juillet 1920)

 

Décorations: Médaille militaire à titre posthume (J.O du 22 août 1920)

                      Croix de guerre avec étoile de bronze à titre posthume.

 

Cette semaine là, ce jour là.....au 118ème R.I

Le 28 avril, le 118ème R.I. se porte aux crêtes de l'Yser et de Verdun.

Il reçoit l'ordre de passer en première ligne, le 9 mai, clans le secteur d'Ailles - Hurtebise et relève par glissement, en plein jour, le 62ème sous un bombardement intense qui occasionne des pertes et ne se termine qu'à 18 heures.

Le 7 mai, le 118ème R.I. reçoit l'ordre de prononcer à 16 heures une attaque à la grenade pour améliorer ses positions.

A 15 h. 45, l'ordre d'attaque est différé jusqu'à 18 heures. Objectifs tranchée Worms et Tranchée Bonn.

Le bataillon Tourlet doit pousser jusqu'aux tranchées de Bonn et d'Essen.

Le bataillon Gannat, jusqu'à la tranchée de Bonn.

Le contre-ordre pour 18 heures, parvenu trop tard, à 16h15, aux compagnies du bataillon de gauche, permit à l'ennemi d'éventer l'attaque, et à 18 heures les tranchées adverses étaient garnies de guetteurs en éveil.

Le bataillon Gannat, à gauche, a progressé jusqu'à 15 mètres de la tranchée de Bonn, mais ne peut s'y maintenir, pris sous le feu des mitrailleuses et les barrages de grenades.

Les 11ème et 10ème compagnies s'établissent à hauteur du point 8.218 et font un barrage au boyau Pax. Au centre, le bataillon Bontz progresse à 40 et 30 mètres dans les boyaux de Rudolstadt et d'Altona et y établit des barrages de sacs à terre. Le sous-lieutenant Hervé, commandant la 2ème compagnie, est tué.

A droite, le bataillon Tourlet progresse par les boyaux du Hibou et de la Chouette et établit des barrages à 40 et 50 mètres de la tranchée de départ. Les barrages d'artillerie allemande et de grenades à fusil rendent impossible toute progression ultérieure. Le sous-lieutenant de Malherbe, de la 7ème compagnie est tué.

 Des petits postes sont constitués sur les points avancés et reliés dans la nuit par des éléments de tranchées.

Les journées suivantes se passent à s'organiser. Le calme revient peu à peu, et le 15 mai, le régiment redescend des lignes.

Pendant cette période du 5 avril au 15 mai 1917, les pertes ont été de :

- 30 officiers et 729 hommes de troupe tués, blessés, disparus.

 

Sources: Etat civil de Ghyvelde

              Ministère des armées

              Archives départementales du Pas de Calais

              Bibliothèque Nationale de France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article