Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 MERLIMONT, MEMOIRE & PATRIMOINE

Histoire de poilus: Jules DUHAMEL (1880 - 1915)

 

Jules, Paul, Jacques DUHAMEL voit le jour le vendredi 26 mars 1880 à 22h à Conteville-lès-Boulogne.

Il est le fils légitime de Jules DUHAMEL, maçon, âgé de 24 ans et de Marie LEMAIRE, âgée de 23 ans.

Sont présents lors de la déclaration de naissance:

Hubert BOUTTIEZ (Officier d'état civil)

Jules DUHAMEL (Déclarant)

Victor BOULIN (Présent), 40 ans, instituteur

Louis-Marie MALAYENDE (Présent), 40 ans, cordonnier

 

Jules sera cimentier.

 

Il s'unit avec Jeanne, Aurélie TIGNY (1883-), la fille légitime de Jean-Baptiste, Philippe TIGNY (1856-) et de Serine, Aurélie, Héléna NOREL (1855-1886)

 

Ils se marient le samedi 20 janvier 1906 à 16h à Merlimont.

Sont présent lors de leur mariage:

Camille DELACROIX (Officier d’état civil)

Jean WACONGNE (Témoin), 58ans, cantonnier communal, ami de l’époux

Arthur QUERMEHEM (Témoin), 34 ans, entrepreneur, ami de l’époux

Eustache ROUX (Témoin), 69 ans, marin retraité, oncle de l’épouse

Augustin TIGNY (Témoin), 64 ans, marin retraité, oncle de l’épouse

Ce couple aura 4 enfants :

- Jeanne, Paulette, Marie née le 5 juillet 1906 à Boulogne sur Mer

- Paul, Romain né le 26 septembre 1909 à Saint Martin Boulogne

- Paul, Aristide, Romain né le 11 janvier 1911 à Saint Martin Boulogne

- Robert, Jean, Jules né le 25 septembre 1914 à Saint Martin Boulogne

 

Parcours militaire:

Classe de mobilisation: 1900

Matricule de recrutement: 1044

 

Incorporé au 43ème régiment d'infanterie à compté du 15 novembre 1901.

Arrivé au corps le même jour sous le matricule 3521 et soldat de 2ème classe.

Nommé soldat de 1ère classe le 10 février 1904.

Certificat de bonne conduite accordé.

Passé dans la disponibilité de l'armée active le 18 septembre 1904.

A accompli une 1ère période d'exercices dans le 8ème régiment d'infanterie du 22 août au 18 septembre 1907.

A accompli une 2ème période d'exercices dans le 8ème régiment d'infanterie du 30 mai au 15 juin 1910.

Rappelé à l'activité le 1er août 1914.

Passé au 273ème régiment d'infanterie, 22ème compagnie le 8 septembre 1914 sous le matricule 09775.

 

Parti aux armées le 19 septembre 1914.

Nommé caporal le 26 mars 1915.

Blessé le 6 octobre 1915.

 

Décédé le vendredi 8 octobre 1915 à 14h00 à Bussy le Château (Marne)

Hôpital d’évacuation N°1 suite blessure de guerre.

 

Décorations: Médaille militaire à titre posthume (J.O du 23 novembre 1920)

                       Croix de guerre avec étoile de bronze à titre posthume.

 

 

Cette semaine là, ce jour là.....au 273ème R.I

 

La 51ème division doit attaquer à l'est de la route Souain et Sommepy, au nord de la ferme Navarin. Le 273ème est au centre, le 208ème à sa gauche, le 310ème à sa droite. Le régiment doit attaquer les bois P 15 et P 16par l'ouest et par le sud.

Le 6 octobre, à 5 h.19, l'artillerie allonge son tir. Les quatre compagnies du 6ème  bataillon bondissent de la tranchée malgré les feux de flanquement de points d'appui solidement organisés.

En moins de cinq minutes, la première ligne de tranchées est occupée par nos soldats, qui peuvent constater l'efficacité du bombardement exécuté le 5 et pendant la nuit du 5 au 6. Les bataillons 11 / 97

Allemands qui les occupent ont durement souffert du feu de notre artillerie. Les blessés n'ont pu être évacués et les troupes, coupées de l'arrière, soumises à la violence de nos rafales d'obus, n'opposent pas à la vague d'assaut une longue résistance. Bientôt, nous occupons toute la première ligne. Le sergent BERDEAUX, s'avançant dans un boyau occupé par l'ennemi, rencontre un officier

Allemand qu'il blesse et qu'il tue ensuite d'un coup de baïonnette. Puis, continuant de s'avancer, il

arrive à l'entrée d'un abri d'où sortent un à un des Allemands qui se constituent prisonniers et que

BERDEAUX désarme successivement.

Tandis que la première vague nettoie les boyaux et les tranchées, la deuxième vague, formée par le 5ème

bataillon, sous le commandement du capitaine de BERTIER de SAUVIGNY, progresse rapidement, dépasse les tranchées ennemies et continue vers les lisières nord et est du bois P 16 dont elle s'empare.

Les hommes aussitôt commencent à retourner les tranchées conquises. Malgré les fatigues d'une rude journée, sur les visages de tous se lit la joie et la légitime fierté de la victoire.

Sources : Etat civil de Conteville lès Boulogne

                 Etat civil de Merlimont

                 Archives départementales du Pas de Calais

                 Ministère des armées

                 Bibliothèque Nationale de France

Photo: Mme PRINTZ

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article