Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 MERLIMONT, MEMOIRE & PATRIMOINE

L'orion

 

 

 

 

               L’inexorable agonie du trois-mâts « Orion »

Sur ces remarquables cartes postales, on voit l’Orion, un trois-mâts barque anglais (construit en 1874)  mal en point après une dramatique aventure.
D’abord, malencontreusement échoué sur la plage de Merlimont le 13 janvier 1906, il fut repris par une  tempête qui le  relâcha  un peu plus loin, à Berck le 18 janvier (*). Entre temps, son destin se scellait sous l’œil impuissant des hommes, qui ne purent rien faire malgré les tentatives du canot de sauvetage. C’est, semble-t-il, une erreur de navigation qui est à l’origine de l’accident ; elle aurait pu être relativement banale si la tempête ne s’en était pas mêlée…

 

 Ce qui est remarquable dans la comparaison des deux images, c’est l’état du voilier à quelques jours d’intervalle. Après son premier échouement, il est posé sur le sable, pas trop abîmé, on s’empresse de le vider de sa cargaison (voir la file des charrettes qui attendent), peut-être est-il renflouable. Mais, lors de son second échouement, il est disloqué, démâté, c’est une épave. La tempête dut être sévère pour le mettre dans cet état, mais s’en étonner serait méconnaître la formidable puissance de la mer lorsqu’elle se déchaîne. On imagine ce qu’il en resterait s’il avait été jeté, non pas sur une plage, mais sur un plateau de roches : du petit bois, rien de plus…
D’où la confirmation de l’adage bien connu : A la mer, le danger c’est la terre !


(*) Les sources ne sont pas d’accord sur les dates ; elles disent 17, 18 ou 21 janvier. Pas plus que sur les lieux qui sont parfois inversés : 1er échouement à Berck, second à Merlimont…

Sources: Escales Maritimes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article